Burkina Faso
Unité - Progrès - Justice
Archives
 
 
 
 
 
 
 

Actualités

La Représentante résident de l’UNICEF au Burkina Faso Reçue par le président Salifou Diallo

La Représentante résident du fonds des Nations unies pour l’enfance (UNICEF) au Burkina a été reçue en audience le mercredi 17 mai 2017, par le président de l’Assemblée nationale Salifou Diallo. A la tête d’une délégation Dr Anne Vincent dit être venue échanger avec le chef du parlement Burkinabè sur la question de la nutrition des enfants en rapport avec la tenue prochainement à Ouagadougou d’une rencontre de parlementaires sur le sujet.

A l’issue de l’entretien entre Salifou Diallo et Anne Vincent, cette dernière a confié à la presse avoir abordé avec le président de l’Assemblée nationale, « plusieurs sujets qui tiennent à cœur l’UNICEF dans son accompagnement du gouvernement du Burkina Faso pour la promotion de l’enfance et la promotion du droit de l’enfant.
Nous nous sommes particulièrement intéressés à une problématique qui handicape les enfants, c’est la problématique de la nutrition. Quand on parle de la nutrition, on pense souvent à la malnutrition aigüe sévère, ses enfants qui meurent de malnutrition. Ce qu’il faut savoir c’est qu’il y a une forme de malnutrition qui est beaucoup plus insidieuse, beaucoup plus sournoise qu’on appelle retard de croissance ou malnutrition chronique, où les enfants apparaissent bien proportionnés mais en fait, ils sont beaucoup trop petits pour leur âge. Et cette malnutrition qui se constitue pendant les milles premiers jours de vie c’est – à – dire de la conception au deuxième anniversaire de l’enfant, est très grave parce qu’elle impact le développement cérébral. De ce fait ses enfants qui représentent un tiers des enfants nés au Burkina, avec une disparité, des pourcentages encore plus élevés comme dans les régions du Sahel, ses enfants n’auront pas de bonnes performances scolaires et non plus de bonnes performances en tant qu’adulte productif avec un risque économique important. Donc, il est indispensable pour le Burkina Faso de s’attaquer à ce phénomène et de faire tout pour que ses chiffres baissent dans le pays.
Nous sommes venus parler de ce sujet et l’opportunité est créée par le fait qu’il y aura du 27 au 29 juin, à Ouagadougou une très grande réunion internationale sur la nutrition qui est en fait une réunion des groupes parlementaires de toute l’Afrique du Centre et de l’Ouest sur la nutrition. Et donc nous voulions nous assurés que Son Excellence Monsieur le Président est au courant de la tenue de ladite réunion et qu’il pourrait y prendre part. A ce sujet, nous avons, en tout cas obtenu l’assurance de son soutien.
« Ce que nous attendons des députés, c’est que pour chacun des 24 pays, le groupe parlementaire qui participera, doit quitter Ouagadougou avec la décision par rapport à deux points fondamentaux, deux actions fondamentales de nutrition dont ils vont accélérer la mise en œuvre dans leur pays. On veut que vraiment il y ait un engagement des parlementaires par rapport à la problématique de la nutrition des enfants ».

A lire également :