Burkina Faso
Unité - Progrès - Justice
Archives
 
 
 
 
 
 
 

Actualités

Commémoration du 8 mars à l’Assemblée nationale Rechercher l’équilibre entre vie familiale et vie professionnelle

L’Association des femmes de l’Assemblée nationale (AFAN) a commémoré la journée internationale de la femme le samedi 11 mars 2017. Cette célébration a été marquée par une conférence autour du thème « Comment concilier les obligations professionnelles et les contraintes sociales pour préserver la productivité et le rendement dans l’administration : cas de la femme fonctionnaire parlementaire ». C’est Mme Ouattara/Dah Alimata, Inspectrice de travail par ailleurs ancienne députée qui a présenté la communication.

Ce n’est pas facile d’allier vie professionnelle et vie familiale. Cette réalité n’est pas seulement burkinabè, a d’emblée reconnu la conférencière dès l’entame de son propos. «  Cette une situation que vivent les femmes un peu partout dans le monde entier  » a-t-elle indiqué.
Les femmes, en générale, sont confrontées à différentes obligations familiales qui peuvent affecter leur rendement au service. Disposer de temps pour jouer son rôle de mère au foyer et d’épouse n’est pas chose aisée. Surtout que certains maris, ainsi que l’a relevé la conférencière, « pensent seulement donner de l’argent du ‘’nassongo’’ et vaquer à leurs occupations, laissant la femme se démener pour soigner convenablement la famille. Pourtant, les tâches familiales doivent être partagées  » pour l’équilibre de la vie familiale.
Se vouer plus à son travail qu’à sa famille est également source de conflits. Les conjoints en général ne désirant pas voir leurs amours rentrer tard du service et épuisées.
A l’opposé, les responsables de services à l’Assemblée aiment les femmes disponibles, compétentes et engagées pour préserver la productivité et le rendement. Le dilemme est alors entier. Quelles solutions adopter pour être « utile  » aussi bien à la maison qu’à l’Assemblée nationale ? A cette question, Mme Ouattara/Dah Alimata répond : «  On peut réussir sa carrière sans sacrifier sa vie privée ». La formule, pour elle, est non seulement de s’approprier le contenu du Code des personnes et de la famille mais aussi, d’instaurer une communication franche avec son conjoint et ses proches en famille pour trouver un modus vivendi. Au service, la fonctionnaire parlementaire devra, toujours selon la communicatrice du jour, s’approprier les textes et lois qui régissent le statut et le fonctionnement de l’institution parlementaire.

La conférence a connu la présence du 2ème Vice-président de l’Assemblée nationale, Lona Charles Ouattara. Celui-ci qui a suivi de bout en bout les débats, a dit avoir tiré du plaisir en étant là pour communier avec les membres de l’AFAN autour de cette journée ». Comme conseil, le Vice-président a exhorté ses administrées à accorder davantage d’attention à l’éducation de leurs enfants, surtout les filles, pour un avenir meilleur de la famille et du pays. Car « une étude de l’ONU a montré que partout dans le monde entier, la femme travaille deux fois plus que l’homme  » a-t-il dit.
La Secrétaire générale de l’Assemblée nationale, Mme Emma Zobilma/ Mantoro était également présente à cette conférence. Pour elle, la résolution de cette équation passe également par l’accompagnement politique de la femme. Développer des crèches, former des ménagères pour les mettre à disposition des ménages, etc. sont, selon elle, des actions à mettre en œuvre pour permettre à la femme de trouver un équilibre entre famille et boulot.

A lire également :